CHVD.ORG - Club des Hommes Volants du Dauphiné
Vous êtes ici : Accueil » Bons plans » Topos » Débuter en cross 3

Débuter en cross 3

D 22 décembre 2006     H 22:24     A alain scebat     C 0 messages


Épisode 3 :

Tandis que wendy portait la coupe de champagne à ses lèvres, brad la .......zzzzzzipp !!!

Oups, pardon je me suis trompé de chaîne !

Donc nous voici tous au dessus des Dents de Lanfon en train d’enrouler sous ce beau cumulus où l’air commence à se rafraîchir, il faut dire qu’aujourd’hui les conditions sont bonnes, nous sommes à 2327 mètres et ça monte encore, c’est bon les amies (et amis), on y va.

Destination les Bauges.
On se lance tous ensemble dans la première transition, traversée du lac pour atteindre le Roc des Boeufs, tel une patrouille de France. Alors depuis cette altitude, il n’y a aucune inquiétude à avoir, ça passe plus que largement.

JPEG - 74.1 ko
à droite, Annecy -------------> dessous, Talloires -----------> à gauche, Doussard

Soit la transition se termine haut et bien avancé sur le Roc des Beufs, ce qui devrait être le cas vue l’altitude de départ et là, on peut enrouler le premier thermique nécessaire pour être à une hauteur confortable au dessus du relief afin d’avancer sur celui-ci sans problème.
Soit on arrive au début de la crête au dessus des bois et là, on fait des 8 pour monter grâce à la brise du lac qui vient d’Annecy, tout en avançant jusqu’à la première ligne haute tension où on enroule en général le premier bon thermique (c’est fou ce que les thermiques aiment se mettre sur les lignes électriques). En partant de la hauteur des Dents, c’est là qu’on arrive, il n’y a que 7,5 de finesse.

JPEG - 47.8 ko
début du Roc des Boeufs à la fin de la transition

Si on part bas depuis les Dents de Lanfon, il faut prendre un cap légèrement à droite de l’axe du Roc des Boeufs, car comme on va arriver bas et donc dans la brise, il faut être bien au vent du relief pour voler en se laissant dériver sur lui.
De cette manière, on est sûr d’y arriver, alors que si l’on vise directement la crête, à la fin de la transition il faudra batailler face au vent et si c’est trop fort et bien c’est trop fort.
On se posera donc sur le terrain de foot au bord de la route à mi chemin entre la berge et le Roc.

JPEG - 45.8 ko
en cas de transition basse

Pour en revenir aux thermiques du Roc des Boeufs, en général on trouve le premier sur la première ligne (je me répète) le deuxième sur la deuxième ligne et les autres un petit peu partout ailleurs, en gros, cela n’est pas très difficile de se refaire ici.

On est au top de notre forme et nous nous retrouvons tous regroupés sur le Roc des Boeufs avançant vers le sud. En bout de crête il nous est offert trois itinéraires :

1- sur la droite, grande transition sur le Mont Margériaz, facile à l’aller, difficile au retour, car on se retrouve face à la brise de vallée qui peut être assez soutenue en quittant le relief qui est très bas (je me souvient encore d’un atterro en petite marche arrière).

2- tout droit, en saute mouton sur le Mont Julioz, puis sur le Mont Colombier, puis sur le Mont de la Buffaz et la Pointe de la Galoppaz, pour arriver enfin sur le Pic de la Sauge.
C’est la route de ceux qui font Grenoble/Annecy.

3- sur la gauche, ce sera notre itinéraire car je l’affectionne tout particulièrement pour sa facilité et sa beauté, ce sera en direction de la Dent d’Arclusaz, via le Charbon et le Trelod pour arriver à la Dent de Pleuven. Toutefois en fonction des conditions du jour et de la forme de chacun de nous, nous pourrions allonger jusqu’à la Dent d’Arclusaz.

JPEG - 55.1 ko
trajet à la dent de pleuven

À la fin de la transition Pleuven / Arclusaz, c’est facile et on peut arriver bas, le relief commence petit et boisé (style Roc des Boeufs) et se transforme en falaise qui monte jusqu’au bout.
Là aussi on se laisse pousser et monter par la brise.
Pour le retour, il faut espérer un bon gaz au départ, car sur la Dent de Pleuven, ce n’est pas très généreux en thermiques et il faut arriver à être au dessus de cette Dent pour continuer le retour, parce que juste après, il y a une petite combe pas toujours facile à franchir pour atteindre le Trélod et continuer à cheminer sans soucis.
Une fois arrivés au bout du Charbon, si nous sommes à plus de 2500 m, nous pouvons éviter de repasser par le Roc des Boeufs et plutôt partir directement sur la Forclaz, la pompe sous le déco se trouve à moins de 7,2 de finesse, donc par vent nul ou avec un petit sud ou encore mieux à 3000 m avec un bon sud et accéléré comme je l’ai fait une fois avec l’équipe de France, c’est du gâteau, d’ailleurs j’étais arrivé directement sur le Lanfonnet.

JPEG - 52.4 ko
le retour

Depuis la Forclaz, maintenant vous connaissez le chemin, il suffit de passer au Lanfonnet, aux Dents de Lanfon et redescendre atterrir au Perroix, atterro du site de Planfait.
Ce vol A/R fort sympathique fait 42,5 km jusqu’à la Dent de Pleuven et 60 km jusqu’à la Dent d’Arclusaz.
Nettement plus ambitieux que l’A/R Planfait, la Forclaz, mais pas beaucoup plus dur à réaliser, ça se corse si on va jusqu’à la Dent d’Arclusaz, pour le retour sur la Dent de Pleuven, mais à ce compte là, si les condition sont moyennes, on y va quand même et on file ensuite sur Montlambert ou Chamoux pour un aller simple.

Toujours aussi alléchant ?

Alors à la prochaine.