CHVD.ORG - Club des Hommes Volants du Dauphiné
Vous êtes ici : Accueil » Bons plans » Topos » Débuter en cross 5

Débuter en cross 5

D 9 février 2007     H 22:22     A alain scebat     C 0 messages


Épisode 5 :

voici venu le temps des rires et des chants, sur l’île aux enfants, c’est tous les jours le printemps...

ça tombe bien, au printemps ça donne bien.

Comme d’habitude, nous sommes en train de monter aux Dents de Lanfon, car c’est un endroit magique et nous espérons atteindre très prochainement une altitude de :

  • 2491 m pour les voiles de 7 de finesse
  • 2395 m pour les voiles de 8 de finesse
  • 2320 m pour les voiles de 9 de finesse
  • 2260 m pour les voiles de 10 de finesse

dans le but de transiter sur le Perthuis et y arriver au niveau de la crête, afin d’atteindre dans un premier temps la Tête du Parmelan via le col du Perthuis.
Dans l’angle de la falaise, vous pourrez remarquer qu’avec les jeux de couleurs de la paroi, on peut y voir un grand + 5 et fait étrange, j’ai quasiment toujours eu du + 5 à cet endroit.
AAAH ! Les hazars de la nature.

JPEG - 67 ko

Bien arrivés sur le Perthuis ? Oui, bon ! On continu en suivant la crête, facile ! Au bout, on fait attention car il y a un câble, pour l’éviter et être tranquille, mieux vaut assurer avant et être au dessus du relief. Je me suis déjà amusé à passer dessous pour arriver dans le thermique sous la tête du Parmelan, mais c’est le genre de chose à ne pas trop faire parce qu’une fois accroché dans le câble, ce n’est plus drôle du tout.

De là, on survole tout le plateau du Parmelan si on est assez haut, sinon vous sevez ce qu’il reste à faire, ....... et bien on suit le relief pour arriver à la Tête de Bunant.

Petite transition au Col de l’Enclave, 4,2 km de alt.1660 m —> alt.1593 m, ce qui fait :

  • pour une voile de finesse 7, 533 m de gain donc départ à 2193 m
  • pour une voile de finesse 8, 458 m de gain donc départ à 2118 m
  • pour une voile de finesse 9, 399 m de gain donc départ à 2059 m
  • pour une voile de finesse 10, 353 m de gain donc départ à 2013 m

ceci dit, si on manque de gaz, on s’attaque à la crête boisée qui remonte jusqu’ au col de l’enclave, en souhaitant que ça monte bien. Un jour en allant trop vite, je suis arrivé bien bas et je zérotais voire même zérotais négativement et je ne suis pas aller me poser parce que j’attendais un bus qui venait du fond de la vallée, en espérant qu’il me déclanche un thermique salvateur, l’attente à été très longue et tendue, mais quel plaisir quand j’ai pu enrouler de nouveau, d’ailleurs ça m’a permis d’arriver jusqu’à cluses, n’ayant pas réussi à remonter sur le Môle assez haut pour me poser à Mieussy comme prévu, mais avec mon ami qui partageait ce vol, on était bien content vu les conditions stables du jour.

En rouge, c’est le trajet optimal avec du gaz et en bleu c’est le trajet de secours.
Autre trajet réalisé et donc possible, du Perthuis on trace directement en ligne droite au col de l’Enclave.

Continuons.
Du col de l’Enclave on monte encore, sur la Montagne de sous-dine, ce qui nous amène à une nouvelle transition de 2,5 km pour arriver au Sur Cou, attention ça donne envie de se poser tellement c’est beau et facile, ce n’est que de la prairie.

  • pour une voile de finesse 7, 165 m de gain donc départ à 2166 m
  • pour une voile de finesse 8, 121 m de gain donc départ à 2122 m
  • pour une voile de finesse 9, 86 m de gain donc départ à 2087 m
  • pour une voile de finesse 10, 58 m de gain donc départ à 2059 m

c’est pas fini, non, non, nous continuons toujours en avant du sommet du Sur Cou jusqu’au sommet de la Pointe d’Andey il y a 6,1 km à faire mais la transition réellement ne fait que 4,2 km, en partant du principe qu’on la commence un peu écarté du sommet et qu’on arrivera sur une crête sur le relief d’en face, qui nous permetra de monter jusqu’à la Pointe d’Andey.
1ère option :
Supposons qu’on commence à 400 m du sommet et en étant juste à son altitude c-a-d 1809 m pour arriver 4200 m plus loin à une altitude de confort de 1210 m, ça nous donne un dénivelé négatif de 600 m, donc avec une voile de finesse 7 on y arrive, les autres plus perfo auront moins à travailler pour atteindre le sommet, car il restera encore 638 m à grimper sur 1600 m de déplacement.

Avec une finesse de 8, on arrive 75 m plus haut, il restera 563 m à grimper
Avec une finesse de 9, on arrive 133 m plus haut, il restera 505 m à grimper
Avec une finesse de 10, on arrive 180 m plus haut, il restera 458 m à grimper
c’est le petit coup de pouce de la voile perfo, mais de toutes façon il faudra travailler le thermique pour arriver au sommet.

2ème option :
on est arrivé à monter bien au dessus du sommet du Sur Cou, on va dire 400 m et décalé de 200 m ce qui nous facilite bien les choses et on aime ça.
On part donc de 2200 m, donc :
avec une voile de finesse 7, 8,9 ou 10 on sera bien plushaut et sur de monter facilement jusqu’au sommet avant de continuer à enrouler le thermique pour être le plus haut possible avant de partir sur les Rochers de Leschaux.

De la Pointe d’Andey, le but est d’arriver à côté du Gd Bornand, sur le Pic de Jallouvre en passant soit par la ligne de crête des Rochers de Leschaux, soit si on est assez haut, en passant au dessus du plateau.
En cas de conditions difficiles pour ce but, on se rabat sur l’Aiguille Verte qui est un peu plus loin mais moins haute.
Cette grande transition sera peut être coupée en deux petites si on ne part pas de 3500 m de la Pointe d’Andey ou bien de plus bas mais qu’on ne rencontre pas de thermique en cours de transition dans lesquels on continu en ligne droite et qui nous font assez tenir à bonne altitude pour atteindre le Pic de Jallouvre, la première Andey ==> Rochers de Leschaux et la deuxième Rochers de Leschaux ==> Pic de Jallouvre.

Pour atteindre Les Rochers de Leschaux qui sont à 1936 m en partant de la Pointe d’Andey qui est à 1877 m, on est donc obligé de monter avant de partir, la distance étant de 3,2 km, il faudra au moins 460 m de gain pour une voile de finesse 7, c-a-d qu’on partira de 2400 m, donc moins pour les voiles plus perfo, mais si ça monte plus et facilement, on ne se prive pas de ce plaisir de se payer une maxi transition de tout repos en arrivant très haut au but, on ne sais jamais ce qui nous attend plus loin.

Des Rochers de Leschaux au Pic de Jallouvre, il y a 3,1 km et l’idéal est d’arriver au sommet à 2408 m, c-a-d qu’avec une finesse 7, il faut partir de 2850 m, mais on peu partir de plus bas car on peut arriver plus bas vers 2000 m et remonter la crête jusqu’au sommet, ou bien remonter juste ce qu’il faut pour pouvoir passer au dessus du lac de Lessy et arriver soit sur le Buclon à 2072 m, soit sur l’Aiguille Verte à 2045 m. De là, on remontera assez pour la transition suivante.

Maintenant, on commence le retour à Annecy.
En partant du Pic de Jallouvre ou de l’Aiguille Verte, on saute sur le Roc de Charmieux, 1877 m, là le relief est plus bas donc on se laisse tranquillement glisser, mais en restant au dessus.
Du Roc de Charmieux, c’est la transition d’Entremont, la où le fromage est autrement bon, j’ai rencontré le patron chez Marc Veyrat, faites gaffe à ne pas vous poser là, il est branché gars.
Bon, revenons à nos moutons, la transition fait 3,6 km pour arriver sur le Suet qui est l’extrémité du Mont Lachat de Thones.
Avec une voile de finesse 7, cela représente 515 m de gaz, pour la réaliser, si on veut arriver confortablement sur le Suet qui est à mini 1830 m plus le gaz de 515 m, ça nous fait 2345 m pour le départ de la transition, donc 468 m au dessus du Roc de Charmieux.
Avec une voile de finesse 8, départ à 2280 m
Avec une voile de finesse 9, départ à 2230 m
Avec une voile de finesse 10, départ à 2190 m.

maintenant qu’on est sur le Lachat, on reste le plus au dessus possible tout en avançant jusqu’au bout. Il faut faire notre dernière transition.
Trois solutions s’offrent à nous, dont la première que je n’ai jamais effectuée qui est de retourner au Perthuis en passant par la Pointe de Dran, puis Tête Ronde, Tête de l’Arpettaz, Tête à Turpin et transiter sur la Dent du Cruet et ensuite sur les Dents de Lanfon.

Plané jusqu’à l’atterro, la boucle est bouclée.

La deuxième option est de viser directement la Dent du Cruet, ce que j’ai fait le plus souvent, on remonte doucement dans la forêt et ensuite même sans être au sommet, on saute sur la forêt des Dents de Lanfon, on fait le tour et on se laisse planer jusqu’à l’atterro. La boucle est bouclée.

La troisième option, un peu plus dure, selon les conditions est de remonter Cotagne sur la Tournette, mais il faut être haut pour basculer sur le Rocher de Varo, car on va se retrouver sous le vent de la brise côté lac, c’est le point délicat, puis, se laisser planer jusqu’à l’atterro et rebelote, la boucle est bouclée.

Et bien voilà, bilan du vol, tout s’est bien passé et tout le monde à bouclé à la même heure, pour un vol qui fait 58 km.